Analyse du 7eme mouvement du XIVème QUATUOR à cordes en ut mineur opus 131 de Beethoven.

....................Sommaire....................... ...............Forum............................. ................Sondage............................... ....................Nous contacter.....................
Chevauchée héroïque et presque guerrière, affirmation du rythme pour d’autres, l’intensité dramatique y est en effet à son comble.

Enjeu du finale : sommet dramatique de l’oeuvre vers lequel converge le quator.

Tension crée par l’adagio------ climat doux, léger (méditation) ------- résolution de la tension après tout ce refoulement, retour en ut# mineur.

Structure : forme sonate, structure progressive. Les différentes parties se révèlent de plus en plus important, la Coda étant très importante. L’alternance avec le thème 2 qui casse le rythme, ne sert qu’à mieux intensifier cette dramatisation du discours musical.

Le matériau thématique et son exploitation :

Opposition de A et de B. B n’est ni présent dans le développement ni dans la coda, il est imperméable à l’enjeu dramatique du mouvement. Le thème A écrase tous les autres motifs.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le groupe A :

Son caractère sauvage et primitif est renforcé par un accompagnement martelé, percussif, des trois voix graves. Entièrement construit sur un motif iambique, de caractère incisif et haché, il s’articule par groupes de deux mesures ; il se déploie également en deux phases antécédent/conséquent. C’est cette mélodie qui confère au mouvement son allure de « chevauchée sauvage ».

Le motif secondaire : (accompagné par l’alto) : construit sur 2 phrases legato de caractère sombre cette fois qui se répète 4 fois.

Le groupe B : Mi majeur, relatif du ton principal, il sera réexposé, de manière surprenante, en ré majeur et prolongé par 24 mesures en ut# majeur.

Il s’organise en 2 cellules : gamme descendante en croches legato et groupe de trois blanches en notes répétées. Le thème est contrepointé.

Coda : Partie la plus longue et la plus complexe du mouvement. Exclusivement construite sur les thèmes du groupe A, elle les combine et les superpose deux à deux. Méli-mélo et reprise du ; thème de l’introduction/du thème 1/ du motif secondaire.